Dernières chroniques publiées   


  
                                                             
      



            

          

3 nov. 2018

[Chronique] "Les convives" de Béatrice Sergent & Sylvie Albertus



Résumé du livre


Elles sont cinq femmes, elles ne se connaissent pas. Elles ont en commun des situations professionnelles solides et font partie d’une génération qui a construit sa carrière en pensant que tout était possible.
L’éruption du volcan Eyjafjallajokull les réunit à New York où elles croisent le chemin de Lindsay, un américain scénariste et metteur en scène. Leur seule préoccupation consiste à attendre le déblocage des vols, tandis que leur impatience grandit.
Puis, dans la maison idyllique et propice aux confidences que leur hôte américain a mise gracieusement à leur disposition, le jeu des interactions, les conversations, les situations inédites, leur permettront de se découvrir, s’observer, se livrer, comme seules savent le faire les femmes, depuis la nuit des temps, (les convives). Ce moment contraint de respiration révèlera et libèrera les histoires intimes. Lindsay en saisit tout l’enjeu et mène la danse, naviguant entre réalité et fiction.



Mon avis


Un grand merci à l'une des autrices, Béatrice Sergent, pour ce service presse.

J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre les pérégrinations de ces cinq femmes, entre aéroport, Paris, New-york, Haïti etc. Ces cinq femmes qui, de loin, se ressemblent beaucoup cachent chacune une histoire personnelle parfois bouleversante. Sous leurs airs de "working girl" sont enfouis des doutes, des déceptions, des révoltes sourdes. Il leur faudra être coincée toutes ensembles pour que les langues se délient et qu'elles se rendent compte qu'elles ont plus en commun que leur "statut social".

La trame du roman est très bien construite. Dans les premières pages, on nous dresse un petit portrait de chaque femme, pour que l'on puisse bien comprendre leur cadre de vie et une petite part d'elle-même qui fait que l'on s'attache assez rapidement à ses personnages à première vue très fières et hautains. Comme quoi, l'adage dit vrai, "l'habit ne fait pas le moine"!

Et au fil des pages, on ne peut que s'attacher encore plus à ces femmes, leurs histoires personnelles sont assez émouvantes et je faisais en quelque sorte partie de leur petit groupe, même si je n'ai rien en commun avec ces personnages à part que j'aurais, sans doute, moi aussi des histoires personnelles et douloureuses à raconter.

Ce fut un agréable moment de lecture et la morale que ce roman tente de nous délivrer est très belle et pleine d'espoir. Il n'y a pas d'âge pour changer de vie et peu importe le métier que l'on fait, le rang social que nous avons, nous avons tous des histoires enfouies en nous, l'argent et une bonne situation ne nous empêche pas de vivre des malheurs, comme tout être humain.

Un roman qui fait réfléchir mais qui ne juge pas. Une histoire touchante pleine de tendresse et d'amitié qui aura eu le mérite de ne pas me laisser insensible.

Quand j'ai fermé le livre, je me suis dit que j'aimerais beaucoup ouvrir un autre livre et retrouver ces femmes, plusieurs années après, pour continuer à suivre leurs aventures, qu'elles se retrouvent une nouvelle fois, toutes ensembles pour raconter leurs nouvelles histoires. 

Un livre écrit à quatre mains, tout en finesse et en douceur qui rend un bel hommage à toutes ces femmes qui cachent en elles des fardeaux, grands ou petits. Une très jolie histoire que je suis heureuse d'avoir pu découvrir.


Ma note: 14/20






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire