20 nov. 2013

Le sac, un petit monde d'amour de Jean-Claude Kaufmann

Note: 5/10


Nombre de pages: 228p.


éditions: Le livre de poche


4ème de couverture:

Beau ou pratique, rassurant ou encombrant, le sac à main est le plus fidèle partenaire des femmes! Si, de l'extérieur, il leur permet de projeter une certaine image aux yeux des autres, son contenu est un monde intime où se mêlent les objets indispensables et les souvenirs, les affaires des enfants et les médicaments de secours...
Véritable reflet de soi, il est le témoin des angoisses et des désirs de chacune. Loin d'être un simple accessoire de mode, le sac est donc le lieu où se crée l'identité des femmes et où se révèle leur rôle social: au centre de l'activité et des relations affectives, elles portent sur leurs épaules beaucoup de pression mais aussi tout un monde d'amour...

Quelques mots sur l'auteur:

Spécialiste de la vie quotidienne, il a ensuite replacé ses premières analyses dans la problématique plus large de l'identité, qu'il a de ce fait contribué à renouveler. Il travaille aussi, dans le cadre général de ses recherches au CNRS, sur la socialisation et la subjectivité.
Il est admis au Centre national de la recherche scientifique (Centre de recherche sur les liens sociaux, Université Paris Descartes - Sorbonne) en 1977.

Mon avis:

 Comme vous l'avez sans doute remarquer dans le résumé, ce livre n'est pas une histoire, c'est une étude sur les sac à main. Une étude "psychologique",  une sorte de longue dissertation (comme l'on faisait au cours de français). C'est un peu déconcertant car ce n'est que succession d'arguments et d'exemples. Ce livre a été écrit par un sociologue en brodant autour de témoignages qu'il a recuillit .
Il est intéressant à lire, mais je n'en ai pas réellement éprouvé de plaisir comme pourrait m'en procurer un roman.
J'avoue que depuis cette lecture, je regarde mon sac à main différemment et reluque celui des autres femmes à me demander ce qu'elle mettent dedans, car oui, tout ce qu'il écrit est vrai et il y'a pas mal de choses qui me correspondent. L'auteur décortique ce que l'on met dans nos sacs, essaye de comparer les femmes qui ont beaucoup de sacs,celles qui en ont peu, celles qui les aiment gros, petits, pourquoi on se balade avec un sac ou non etc... Il fait vraiment le tour de la question.
Le point faible c'est que c'est fort répétitif, il faut allusion à des éléments de chapitres précédents et il explique brièvement de quoi il va parler dans le suivant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire