28 janv. 2016

Une forêt d'arbres creux d'Antoine Choplin #MRL15 #PriceMinister

Note: 5/10

Nombre de pages: 116 pages.

éditions: La fosse aux ours

4ème de couverture:

Terezin, République Tchèque, décembre 1941.
Bedrich arrive dans la ville-ghetto avec femme et enfant. Il intègre le bureau des dessins. Il faut essayer de trouver chaque matin un peu de satisfaction en attrapant un crayon, jouir de la lumière sur sa table à dessin, pour enfin s'échapper du dortoir étouffant, oublier la faim, la fatigue et l'angoisse.
Chaque jour se succèdent commandes obligatoires, plans, aménagements de bâtiments. Chaque nuit, le groupe se retrouve, crayon en main, mais en cachette cette fois. Il s'agit de représenter la réalité de Terezin sans consigne d'aucune sorte.
Et alors surgissent sur les feuilles visages hallucinés, caricatures. Tout est capté et mémorisé la nuit puis dissimulé précieusement derrière cette latte de bois du bureau des dessins.

Quelques mots sur l'auteur:

Antoine Choplin est l'auteur de "Radeau", du "Héron de Guernica" et de "LA nuit tombée" (prix France Télévisions 2012).

Mon avis:

Je remercie par avance Priceminister pour ma sélection aux matchs de la rentrée littéraire Priceminister 2016.
J'ai donc eu le privilège de lire ce petit ouvrage qui parle de la seconde Guerre Mondiale. L'auteur a une plume très poétique, très littéraire j'ai envie de dire, de par ses tournures de phrases, son vocabulaire soutenu etc. C'était assez agréable car ce genre d'écriture ne se retrouve pas dans beaucoup de livres, en tout cas pas dans le genre que je privilégie d'habitude.
J'aime bien les livres qui parlent de la guerre, au moins on oublie pas et cela nous permet de comprendre ce qui s'est passé, pour nous les jeunes ça remonte à loin alors qu'en fait c'est très récent et il ne faudrait pas que toute cette folie recommence alors c'est toujours bien de connaître notre passé.
Là c'était un point de vue que je ne connaissais pas, il faut dire que dans le livre, je les sens un peu privilégiés. Certes ils sont dans un ghetto (et non pas un centre de concentration), ils ont le droit de voir leur famille proche, ils ont un travail etc. Les récits que j'ai pu lire jusqu'à maintenant c'étaient surtout des témoignages très poignants, très sombres, (Ann Frank, Si c'était un homme, les bienveillantes....) là, je n'ai pas ressenti les même émotions comme si il y avait une barrière entre le récit et les personnages, et moi lecteur. Je me suis donc un peu ennuyée... malgré quelques passages que j'ai aimé découvrir.
Je pense que l'histoire en elle-même aurait peut être méritée d'être plus approfondie, l'auteur aurait peut être du allonger un peu le nombre de page car je reste sur ma fin.
Ceci dit c'est un très bon livre pour les fans de cette période historique car cela change vraiment de ce que l'on a l'habitude de lire sur ce sujet.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire